Détail

Trauma… Survivre, mais dans quel état?

Sensibiliser les jeunes aux répercussions d’un traumatisme crânien résultant de comportements à risques, voilà l’objectif que se sont fixé l’Association québécoise des traumatisés crâniens, la Corporation d’urgences-santé, la Fondation Pensez d’Abord Québec, l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, l’Hôpital juif de réadaptation et le Service de protection des citoyens de Laval. Pour ce faire, les six partenaires, en collaboration avec la Commission scolaire de Laval, lançaient aujourd’hui un nouveau programme de sensibilisation en présentant une activité percutante intitulée Trauma… Survivre, mais dans quel état?

À cette occasion, plus de 200 jeunes de 5e année du secondaire de l’école Leblanc, à Laval, ont assisté à cette activité. Au cours de l’année scolaire, les partenaires souhaitent également renouveler l’expérience auprès d’autres élèves de 5e année du secondaire de la Commission scolaire de Laval.

Par une présentation « son et images », des conférenciers et des témoignages-chocs, les partenaires souhaitent que les jeunes prennent conscience de la gravité des séquelles - souvent irréversibles - dues à un traumatisme crânien et aux conséquences auxquelles ils s’exposent en choisissant des comportements à risques. « Outre l’alcool au volant, les excès de vitesse, les jeux insouciants (le car surfing, en est un exemple d’actualité) ou encore les « textos » au volant sont des exemples de comportements qui exposent les jeunes à des blessures graves », explique Mme Natalie Auclair, directrice administrative de la Fondation Pensez d’Abord Québec, s’exprimant au nom de tous les partenaires instigateurs de l’activité. « On souhaite renforcer l’autonomie des jeunes en les amenant à faire des choix plus
judicieux », ajoute-t-elle.

Les séquelles d’un traumatisme crânien sont souvent méconnues. Trop peu de gens savent que ces blessures peuvent laisser des séquelles permanentes variées et empêcher un retour à une vie normale. Survivre à un traumatisme crânien, c’est voir toutes les dimensions de sa vie bouleversées. En effet, les séquelles pouvant en résulter sont multiples, tant physiques, intellectuelles, affectives que comportementales.


« La Commission scolaire de Laval est fière d’accueillir ces partenaires dans une de ses écoles secondaires, parce que nous croyons en l’importance de la sensibilisation en matière de prévention », affirme Louise Lortie, présidente de la Commission scolaire de Laval. « Nous travaillons chaque jour avec plus de 16 000 élèves de  niveau secondaire et nous savons d’expérience qu’ils deviennent rapidement responsables lorsqu’ils apprennent les enjeux des situations risquées. Il nous était donc naturel de nous associer à une telle initiative », ajoute-telle, « d’autant qu’elle s’inscrit dans une des orientations du plan stratégique de la CSDL, qui consiste à développer de saines habitudes de vie dans un environnement sain et sécuritaire ». L’approche École en santé, que la commission scolaire s’emploie à développer, comprend notamment un volet sur les pratiques saines et sécuritaires. « Nos élèves sont importants à nos yeux. Nous souhaitons les protéger, non pas en leur imposant des règles, mais en leur donnant les outils pour qu’ils développent leur jugement. Telle est notre mission éducative », conclut la présidente.


Six partenaires unissent leurs forces pour une cause commune

Les six partenaires sont les fondateurs de cette activité de sensibilisation. Bien que la missionrespective de chacun les amène à protéger, sauver, traiter, réconforter et accompagner les victimes, ils ont la certitude commune que, dans bien des cas, il est possible de prévenir un grand nombre d’accidents.

Tous confrontés quotidiennement aux répercussions des traumatismes crâniens et déjà engagés de façon isolée dans des activités de sensibilisation, ils ont décidé d’unir leurs forces, convaincus que leurs énergies réunies permettraient d’avoir un impact plus fort, plus percutant.

Les six partenaires fondateurs souhaitent que leur activité soit reprise partout dans la province de Québec et offrent leur soutien à toute organisation intéressée à rééditer cette activité auprès des jeunes.

Renseignements aux médias :

Pierre Mitchell, Association québécoise des traumatisés crâniens, 514 231-7447
Annie Favreau, Commission scolaire de Laval, 450 662-7000, poste 1220
Éric Berry, Corporation d’urgences-santé, 514 723-5784
Natalie Auclair, Fondation Pensez d’Abord Québec, 450 968-0055
Véronique Allaire, Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, 514 338-2222, poste 2473
Annie Dicaire, Hôpital juif de réadaptation, 450-688-9550, poste 201
Nathalie Lorrain, Service de protection des citoyens, 450 662-5050

Retour

Affilié à l'Université de Montréal