Détail

DON D’ORGANES
L’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal se démarque en Amérique du Nord

Montréal, le 7 juillet 2005 – Lorsque les intervenants de l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal accompagnent les familles d’un proche qui pourrait éventuellement faire don de ses organes, cela se passe toujours dans le contexte triste et dramatique de la perte d’un être cher. Le travail remarquable de cette équipe dans le plus grand respect du choix des personnes a été souligné et honoré à maintes reprises depuis plus d’un an.

«  Nous sommes fiers de l’approche développée à Sacré-Coeur, nous sommes touchés par la générosité des Québécois et nous sommes heureux de contribuer à sauver des vies  » précisait le Dr Pierre Marsolais, intensiviste et président du comité sur les dons d’organes de l’HSCM lors d’une conférence de presse ce matin.

Des progrès remarquables

En un an, les progrès réalisés par l’équipe du don d’organes de l’HSCM sont impressionnants. De 2003 à 2004, l’Hôpital est ainsi passé d’un taux d’identification des donneurs potentiels de 53% à 92%. En 2004, ces donneurs ont contribué à sauver la vie et améliorer la santé de 55 personnes.

Ce succès est attribuable à plusieurs facteurs, dont l’embauche d’infirmières spécialisées et dédiées à cette clientèle ainsi que la mise en place d’une équipe multidisciplinaire formée de médecins, d’infirmières, d’inhalothérapeutes, d’un aumônier et d’un représentant de Québec-Transplant.

Un rayonnement en Amérique du Nord

Depuis un an, l’équipe du don d’organes de l’HSCM ne cesse d’accumuler les honneurs. En septembre 2004, le Organ Donation Breakthrough Collaborative, un organisme américain qui fait la promotion du don d’organes, soulignait dans son congrès de San Diego, la performance de l’HSCM parmi plusieurs hôpitaux et organismes américains.
En janvier 2005, le Conseil canadien d’agrément des services de santé (CCASS) accordait une mention spéciale aux bonnes pratiques implantées par l’équipe du don d’organes de l’HSCM en mettant en relief l’innovation et la créativité de cette équipe.

En mai 2005, à Pittsburg, le Organ Donation Breakthrough Collaborative décernait une mention d’honneur à deux centres hospitaliers québécois : l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal et l’Hôpital de Chicoutimi, en collaboration avec Québec-Transplant. Ce prix est remis aux organisations qui se démarquent pour leur taux remarquable de donneurs potentiels qui complètent le processus du don d’organes.

Les Québécois favorables au don d’organes

Ces honneurs reviennent bien sûr notamment au travail de Québec-Transplant et de l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal mais aussi à la population du Québec. Un sondage réalisé par Léger Marketing en 2004 indique que 82% des Québécois sont favorables au don d’organes. Cependant, 37% mentionnent ne pas avoir pris de disposition pour faire connaître leur choix. Si les proches ne connaissent pas la volonté de la personne relativement au don d’organes, il est possible que ceux-ci répondent négativement lorsque cette option leur sera proposée.

Enfin, précisons que seulement 13% de la population refuserait de donner leurs organes. Sur ce nombre, 76% accepterait tout de même une transplantation d’un rein, par exemple, s’ils en avaient besoin…

Au Québec : 900 personnes attendent un organe

En 2004, 872 personnes étaient en attente d’un organe au Québec. Sur ce nombre, la très grande majorité (72%) ont besoin d’un rein, 12% un foie, 5% des poumons, 5% une transplantation rein-pancréas, 4% un coeur et 2% un pancréas ou une transplantation coeur-poumons. En moyenne, chaque année, 40 à 50 personnes décèdent en attente d’un organe.

Pour l’ensemble du Canada, on prévoit que d’ici les quatre prochaines décennies, les besoins pourraient augmenter de 221%, alors que le nombre d’organes disponibles n’augmenteraient que de 12%.

Un greffé reconnaissant

«  Je dois la vie à un donneur d’organes. Sans ce geste de générosité, je n’aurais pas survécu. Aujourd’hui, c’est avec plaisir que je participe à des conférences comme celles-ci pour témoigner de mon expérience et ainsi sensibiliser encore davantage les gens à l’importance capitale du don d’organes  ».
Monsieur Jean Gravel, ingénieur de 40 ans et père de trois enfants a été terrassé à 37 ans par une myocardie virale fulgurante qui lui a littéralement détruit le coeur. Branché à un coeur mécanique, M. Gravel n’a attendu que deux semaines avant de recevoir un nouveau coeur. Aujourd’hui, il n’hésite pas à donner de son temps, bénévolement, pour démontrer l’importance de faire don de ses organes.

Maintenir une bonne performance

Pour nous permettre de sauver encore plus de vies avec les dons d’organes, deux conditions sont nécessaires : il faut encourager les gens à signer leur carte d’assurance maladie et il faut aussi informer nos proches de notre volonté de faire don de nos organes si cette option est offerte.

L’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal est un centre de soins généraux, spécialisés et ultraspécialisés, d’enseignement et de recherche, affilié à l’Université de Montréal. Il dessert principalement la population du Nord de Montréal, de même que celle de Laval et des Laurentides. Centre tertiaire de traumatologie, l’HSCM est également reconnu pour son expertise en santé respiratoire, en maladie cardiovasculaire, en orthopédie et en santé mentale.

Québec-Transplant est l’organisme québécois responsable de la promotion du don d’organes. Il coordonne le processus de prélèvement d’organes et assure l’attribution et la distribution des organes selon des protocoles et normes reconnus.

Source et information :
Service des communications
Téléphone : 514-338-2222, poste 3248

Retour

Affilié à l'Université de Montréal