Détail

Le don d’organes et de tissus… Une histoire de coeur

Cédric Rochon, un petit garçon de deux ans reçoit un diagnostic de cirrhose du foie. Les médecins prédisent qu’il n’atteindra jamais l’âge de trois ans…Un matin, à six heures, un coup de téléphone annonce à ses parents que l’on va pouvoir procéder à une greffe du foie. Il y a eu un donneur.

C’était en 2007. Aujourd’hui, Cédric a six ans puisqu'il a eu la chance que quelqu’un lui offre un avenir… Au Québec, 1 200 personnes espèrent, comme Cédric, pouvoir poursuivre leur vie. À voir sur http://www.facebook.com/fhscm.

Dans le cadre de la Semaine nationale du don d’organes et de tissus qui se déroule du 17 au 24 avril 2011, Cédric, accompagné de son papa témoignera de son expérience lors des deux déjeuners-conférence de l’HSCM, le mardi 19 avril à 11 h 30 et à 12 h 30 à l’auditorium Émilie-Gamelin de l’Hôpital.

Pas de meilleure occasion pour réfléchir à ce choix humanitaire. Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes – jusqu’à huit vies pour un seul donneur – et d’en aider d’autres à recouvrer la santé.

Certaines difficultés dans le processus du don d’organes et de tissus doivent être encore surmontées. Les différentes étapes sont l’identification du donneur, l’approche à la famille pour offrir l’option du don d’organes, le support médical au donneur afin d’assurer un maintien optimal de la fonction de chacun des organes, le prélèvement et enfin, la transplantation. Dans cette course contre la montre, certains obstacles se dressent et provoquent parfois des retards. L’inaccessibilité aux lits des soins intensifs ou du bloc opératoire, le manque de personnel, les délais transfert du donneur vers un centre transplanteur, sont quelques-unes des raisons qui mettent en péril la viabilité même de l’organe et qui prolongent inutilement la souffrance des familles.

Malgré tout, l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal s’implique depuis longtemps dans la cause du don d’organes et de tissus. Grâce à l’engagement de ses professionnels et de tout le personnel, l’établissement a mis sur pied une structure interdisciplinaire d’identification et de maintien du donneur qui lui a permis de devenir un chef de file mondial en matière de don d’organes et de sauver beaucoup de vies :

  • L’HSCM est à l’origine de 50 % de tous les dons après décès cardiocirculatoire (DDC) effectués au Québec. Le DDC est un protocole de décès légalement introduit en mars 2007.
  • Depuis trois ans, le taux de transplantation de cœurs de donneurs identifiés à l’HSCM est de 62 %. Un résultat exceptionnel si l’on considère que la moyenne est de 32 % au Québec.
  • Pour le plus grand réconfort des familles de donneurs, plus de vies sont sauvées grâce aux donneurs identifiés à l’HSCM. Depuis 2006, l’Hôpital atteint un taux moyen d’organes transplantés par donneur de plus de 4,5.

Le Dr Pierre Marsolais, médecin intensiviste à l’HSCM et conseiller médical à l’enseignement et au développement hospitalier chez Québec –Transplant, explique que « si nous voulons nous montrer digne de l’extraordinaire solidarité des Québécois envers le don d’organes, notre devoir est de nous doter d’une organisation efficace qui prenne en charge les donneurs ». En 2003 et 2007, Agrément Canada attribuait à l’HSCM une côte d’excellence en don d’organes et de tissus, ce qu’aucun autre établissement n’a obtenu au Canada jusqu’à présent.

Cette marque d’excellence mesure la qualité de l’intervention des professionnels auprès de la famille ou du donneur, l’expertise développée dans le maintien de l’organe en bonne condition et la structure interne de gestion du don. La semaine nationale du don d’organes et de tissus, ça se passe aussi sur la page Facebook de la Fondation de l’HSCM au http://www.facebook.com/fhscm

Information :
Service des communications
Laure Moureaux, 514 338-2222, poste 2048

Retour

Affilié à l'Université de Montréal