Détail

Le Centre de recherche de l’HSCM se démarque de belle façon au concours des l’IRSC

Au dernier concours des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Centre de recherche de l’HSCM a fait bonne figure, alors que deux de ses chercheurs ont chacun obtenu une importante subvention.

En effet, Valérie Mongrain, Ph. D., chercheuse de l’axe Neurosciences – Santé mentale, a obtenu une subvention de 110 000 $ par année sur cinq ans. L’étude que propose Mme Mongrain, directrice du laboratoire de physiologie moléculaire du sommeil, vise à comprendre les mécanismes moléculaires qui sous-tendent les effets de la durée de l’éveil sur l’intensité du sommeil ainsi que sur la capacité à récupérer. L’hypothèse avancée repose sur le concept de plasticité neuronale. Plus précisément, dans le cadre du présent projet de recherche, la chercheuse étudie le rôle de la Neurologine 1, une molécule qui contrôle l’activité des synapses dans la régulation du sommeil et de son intensité.

Quant au Pr René Cardinal, de l’axe Santé cardiovasculaire, et son collaborateur, le Dr Pierre Pagé, chirurgien cardiaque à l’HSCM, la subvention octroyée est de 150 000 $ par année durant cinq ans.

Les cochercheurs croient que, en recourant à la neuromodulation, soit en modifiant l’activité électrique des centres nerveux thoraciques et cardiaques par stimulation électrique au niveau de la moelle épinière ou encore en les supprimant, on pourrait traiter l’arythmie cardiaque, la fibrillation auriculaire et la maladie coronarienne. Leur étude vise ainsi à mieux comprendre les mécanismes qui régulent le cœur et à définir les modalités optimales de l’approche par neuromodulation et d’en préciser les indications possibles dans la pratique médicale.

Retour

Affilié à l'Université de Montréal