Détail

La chirurgie robotique utilisée avec succès pour traiter le cancer de la prostate

Montréal, le 17 octobre 2006 – L’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal (HSCM) et le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) présentaient aujourd’hui les toutes dernières avancées dans l’utilisation d’un robot chirurgical pour effectuer des prostatectomies radicales. Il s’agit à ce jour d’une première au Québec en matière de procédures pour traiter le cancer de la prostate. Le Dr Assaad El-Hakim, urologue spécialisé dans le traitement peu invasif des cancers urologiques et responsable de ce type d’intervention, a expliqué les nombreux bénéfices de cette chirurgie, en compagnie d’un patient récemment opéré grâce à cette technologie, M. Robert Pépin.

Cette opération offre en effet plusieurs avantages par rapport à la chirurgie conventionnelle ouverte. D’abord, les pertes sanguines sont réduites de l’ordre de 5 à 10 fois et les transfusions sont pratiquement éliminées. La douleur, le séjour hospitalier et la convalescence à la suite d’une prostatectomie robotique diminuent également de façon significative.

« Je n’aurais jamais pensé récupérer aussi rapidement à la suite de l’intervention. J’ai ressenti peu de douleur dans les jours qui ont suivi et j’ai rapidement retrouvé ma forme et mon énergie », témoignait M. Robert Pépin, enchanté des résultats de son opération subie au moyen du robot, il y a tout juste un mois.

« En 2006, 40 % des prostatectomies radicales auront été réalisées aux États-Unis grâce au robot chirurgical », a souligné le Dr Ronald Denis, chef du département de chirurgie et directeur du programme de traumatologie à l’HSCM. « Bien sûr, le robot ne vient pas remplacer le chirurgien mais il facilite son travail dans des zones restreintes et critiques, tout en permettant de réduire au minimum les conséquences de la chirurgie. »

Chez les Américains comme dans plusieurs pays européens, le nombre de prostatectomies radicales robotiques s’accroît ainsi de façon exponentielle depuis la présentation de cette technique, en 2001. Le Dr El-Hakim a expliqué l’engouement pour cette technologie : « les progrès des techniques de microchirurgie, l’emploi de la navigation tridimensionnelle assistée par ordinateur, l’application d’une haute technologie d’imagerie robotique ainsi que la démultiplication des mouvements de précision permettent au chirurgien de réaliser des interventions chirurgicales plus précises et moins invasives que les prostatectomies classiques. Ces moyens donnent de meilleurs résultats fonctionnels à long terme chez les patients et améliorent leur qualité de vie. » En outre, a-t-il ajouté, « j’apprécie la chance qui m’est donnée de travailler avec le da Vinci et de collaborer avec l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal au traitement des patients atteints du cancer de la prostate ».

Le Dr Armen Aprikian, Chef du Département d’urologie du CUSM est enchanté de la collaboration entre les deux institutions. « C’est un exemple parfait de la volonté d’utiliser toutes les ressources disponibles pour offrir les meilleurs soins aux patients. Je suis très fier des relations que le CUSM et l’HSCM ont établies afin d’offrir au Québec des services de chirurgie de pointe dans le traitement du cancer.

Membre associé à l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, le Dr Assaad El-Hakim occupe le poste de professeur adjoint d’urologie au Centre universitaire de santé McGill. Il détient une expertise unique au Québec en tant que premier urologue canadien à détenir une formation surspécialisée en prostatectomie radicale robotique. Il a acquis sa formation aux États-Unis, où il a pratiqué plus de 150 prostatectomies robotiques.

Un système de pointe

La prostatectomie robotique permet de franchir une nouvelle frontière dans la chirurgie du cancer de la prostate. L’opération est effectuée par l’entremise d’un robot chirurgical de type da Vinci, contrôlé en totalité par le chirurgien à partir d’une console et d’une visière binocularie. Un télescope 3 D et des instruments extrêmement fins sont introduits dans cinq ou six petites ouvertures de moins de 1 cm, pratiquées dans le bas ventre. Le robot présente également un filtre spécialisé anti-tremblement et une option de réduction du mouvement jusqu’à 5 fois, ce qui ajoute grandement à la précision du geste opératoire.

L’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal a été le premier au Québec à se doter d’un robot chirurgical et demeure le seul à utiliser l’appareil de type da Vinci. Cet appareil multidisciplinaire a de nombreuses applications. Il est couramment utilisé à l’HSCM pour la chirurgie digestive, notamment afin de traiter l’obésité, avec plus de 150 interventions réalisées à ce jour. En plus de la prostatectomie, l’établissement a également commencé à effectuer la chirurgie cardiaque à l’aide du robot.

Pour plus d’information sur le robot da Vinci, consultez : http://www.intuitivesurgical.com/index.aspx

À propos de l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal (HSCM)

L’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal est un centre suprarégional affilié à l’Université de Montréal. Il offre des soins généraux, spécialisés et ultraspécialisés, des services régionaux de médecine hyperbare ainsi qu’un centre de traumatologie tertiaire. Il assure également l’enseignement, la recherche et l’évaluation des technologies et des modes d’intervention. Maillon important du réseau de la santé du Québec, il dessert principalement la population du nord-ouest de Montréal ainsi que des régions de Laval, des Laurentides, de Lanaudière et de l’Abitibi-Témiscamingue.

À propos du Centre universitaire de santé McGill (CUSM)

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est un centre hospitalier universitaire intégré, reconnu à l’échelle internationale pour l’excellence de ses programmes cliniques, de sa recherche et de son enseignement. Il est issu de la fusion de cinq hôpitaux d’enseignement affiliés à la Faculté de médecine de l’Université McGill : l’Hôpital de Montréal pour enfants, l’Hôpital général de Montréal, l’Hôpital Royal Victoria, l’Hôpital et l’Institut neurologiques de Montréal et l’Institut thoracique de Montréal. Misant sur le leadership médical acquis des hôpitaux fondateurs, le CUSM a pour objectif d’assurer aux patients des soins fondés sur les connaissances les plus avancées dans le domaine de la santé et de contribuer au progrès des connaissances.

Renseignements :
Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal
Service des communications
(514) 338-2222, poste 3248

Centre universitaire de santé McGill
(514) 934-1934, poste 31560

Retour

Affilié à l'Université de Montréal