Détail

Implantation d’un Centre de prélèvement d’organes à l’HSCM - Une excellente nouvelle pour les québécois en attente d’une greffe

Montréal, le 17 mai 2013 - L’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal (HSCM) devient officiellement un Centre régional de prélèvement d’organes. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, le Dr Réjean Hébert, en a fait l’annonce cet après-midi. Cet investissement gouvernemental de 1,1 million de dollars permettra d’effectuer plus de prélèvements d’organes tout en réduisant l’attente pour les familles éprouvées.

Grâce à ce nouveau centre, on pourra stabiliser, voire possiblement diminuer le nombre de Québécois en attente d’une greffe d’organes ou de tissus. C’est là une occasion extraordinaire de sauver plus de vies, quand on sait que seulement 364 personnes sur 1 250 en attente ont reçues une transplantation l’année dernière. En réalité, cette liste d’attente, toujours croissante, aurait plutôt dû compter 1 319 personnes, puisque 69 d’entre elles sont décédées durant l’attente, cela sans compter les 59 décès en 2011, les 46 en 2010...

Le projet
L’implantation d’un Centre de prélèvement à l’HSCM, d’abord à titre de projet pilote de deux ans, concorde avec les principaux objectifs du plan d’action du ministère de la Santé et des Services sociaux de 2004, à savoir, augmenter le nombre de transplantations faites au Québec et encadrer la pratique pour assurer la sécurité des donneurs et du prélèvement.

Les différentes étapes du processus du don sont : l’identification du donneur, l’approche à la famille pour offrir l’option du don d’organes, le support médical au donneur afin de maintenir optimale la fonction de chacun des organes, le prélèvement et finalement, la transplantation. Dans cette course contre la montre, certains obstacles se dressent et provoquent parfois des retards. L’inaccessibilité aux lits des soins intensifs ou du bloc opératoire pour le maintien ou le prélèvement des organes, le manque de personnel, les délais de transfert du donneur vers un centre transplanteur, sont quelques-unes des raisons qui mettent en péril la viabilité même de l’organe et qui prolongent inutilement la souffrance des familles.

« Cet investissement assurera l’accessibilité aux lits, la mise à niveau des connaissances des médecins et du personnel infirmier en matière de don d’organes, ainsi que la présence permanente d’intensivistes et d’anesthésistes dédiés, ce qui nous permettra d’offrir des services performants et cohérents », explique le directeur général de l’HSCM, Dr Pierre Gfeller.

Le Dr Pierre Marsolais, interniste et intensiviste à l’HSCM, instigateur de ce projet, ajoute que  « si nous voulons nous montrer digne de l’extraordinaire solidarité des Québécois envers le don d’organes, nous avons le devoir de nous doter d’une organisation efficace qui prenne en charge les donneurs. En consolidant le processus de gestion dans son ensemble, le Centre de prélèvement soulagera la forte pression qui s’exerce sur le système du don d’organes et de tissus. Et l’HSCM est assurément l’établissement désigné par excellence pour offrir ce service, dans les meilleures conditions. »

Pourquoi l’HSCM? 
En 2004, l’Hôpital s’est intensément engagé dans une stratégie de formation et de sensibilisation de ses professionnels. Depuis, il a obtenu des résultats spectaculaires. Il est devenu un chef de file mondial en don d’organes, à la fois pour le nombre de donneurs potentiel identifiés et le nombre d’organes et de tissus sains prélevés par donneur :

• L’HSCM est à l’origine de 41 % de tous les dons de type DDC effectués au Québec, ce qui a permis de sauver la vie de 33 personnes. Le DDC est un protocole de don après le décès cardiocirculatoire légalement introduit en mars 2007.
• L’HSCM se distingue année après année pour son excellent taux d’identification des donneurs potentiels d’organes. En 2013, ce taux frôle le 100 %.
• Au cours des cinq dernières années, le taux de transplantations de cœurs de donneurs identifiés à l’HSCM a atteint 56 %. Un résultat exceptionnel si l’on considère que la moyenne est de 28 % pour le reste du Québec et de 24 % dans le monde.
• Pour le plus grand réconfort des familles de donneurs, plus de vies sont sauvées grâce aux donneurs identifiés à l’HSCM. L’Hôpital atteint un taux moyen de 4,48 organes transplantés par donneurs, ce qui est nettement supérieur à la moyenne québécoise.

En 2003 et 2007, Agrément Canada attribuait à l’HSCM une côte d’excellence en don d’organes et de tissus, ce qu’aucun autre établissement n’a obtenu au Canada jusqu’à présent. Cette marque d’excellence mesure la qualité de l’intervention des professionnels auprès de la famille et du donneur, l’expertise développée dans le maintien de l’organe en bonne condition et l’efficacité de la gestion du don à l’interne.

Formation et expertise
Le savoir-faire acquis à l’HSCM doit être mis à profit en dispensant ces compétences aux professionnels de la santé des autres centres hospitaliers du Québec. Pour ce faire, on mettra sur pied une formation spécialisée, reconnue dans un programme universitaire, qui s’adressera à tous les intervenants impliqués dans le processus du don d’organes. Étant donné la concentration de professionnels compétents et le nombre important de donneurs qui transiteront à l’HSCM, un stage spécifique pour l’acquisition de compétences en don d’organes sera offert afin que la prochaine génération de médecins détienne les aptitudes recherchées. Par ailleurs, la recherche étant importante à l’Unité de soins intensifs de l’HSCM et les avenues de recherche en don d’organes étant innombrables, le contexte est propice à la mise sur pied d’un laboratoire clinique dans ce domaine.


Renseignements
Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal
Service des communications, poste 3248

Retour

Affilié à l'Université de Montréal