Détail

Première québécoise :
Des infirmiers de l’HSCM reçoivent une certification nord-américaine de pratique en chambre hyperbare

15/04/2014


MONTRÉAL, le 15 avril 2014 – L’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal (HSCM) compte désormais les premiers infirmiers au Québec ayant obtenu une certification nord-américaine de la pratique des soins infirmiers en chambre hyperbare. La médecine hyperbare traite notamment la fasciite nécrosante (infection à bactérie mangeuse de chair), l’intoxication au monoxyde de carbone et les accidents de  décompression.

L’obtention de cette certification est particulièrement prestigieuse pour les infirmiers certifiés, MM. Christian Custeau et Sylvain Larivière, leurs collègues de l’équipe de la chambre hyperbare et l’HSCM, étant donné que les normes de pratique et autres protocoles que la National Board of Diving & Hyperbaric Medical Techology (NBDHMT) établit en matière de soins en médecine hyperbare, font figure de référence dans le monde.

«Notre objectif est de maintenir pour nos usagers un niveau de soins et de services sécuritaires, et de grande qualité, toujours selon des protocoles établis, tout en favorisant le développement professionnel des membres de l’équipe des soins infirmiers», souligne Mme Caroline Riopel, coordonnatrice du programme de santé respiratoire à l’HSCM. «Ainsi, cette formation et certification est souhaitable et recommandée pour tout le personnel infirmier travaillant à la chambre hyperbare afin d’assurer des soins et des services de qualité à cette clientèle».

La médecine hyperbare, un des fleurons de l’HSCM

Première chambre hyperbare inaugurée au Québec, en 1982, la chambre hyperbare de l’HSCM est l’un des deux centres au Québec et un des quelque dix autres endroits au Canada où l’on offre des traitements 24 heures par jour pour traiter différentes conditions médicales. L’HSCM donne environ 2 500 traitements en médecine hyperbare annuellement, dont près de 20 % (500 traitements) sont faits dans un contexte d’urgence, chez des patients souvent dans un état critique, dans les conditions mentionnées plus haut. Ces traitements s’appliquent également aux embolies gazeuses et sont particulièrement efficaces aussi pour accélérer la guérison des plaies complexes et des tissus endommagés dû à la radiothérapie (radionécrose).

Les traitements consistent à faire respirer au patient de l’oxygène pur à 100 % sous pression élevée. Le sujet est placé dans un caisson fermé où la pression est augmentée à plus de deux fois la pression atmosphérique normale (oxygénothérapie hyperbare).

Renseignements :  
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
Nathalie Forgue, 514 338-2222, poste 2473
nathalie.forgue.hsc@ssss.gouv.qc.ca

Retour

Affilié à l'Université de Montréal