Philosophie

En traumatologie, la qualité des soins est primordiale. Elle implique toute la chaîne des intervenants concernés par le continuum de soins et de services. Pour arriver à sauver des vies et à rendre à la personne victime de traumatisme le plus d’autonomie possible, l’intervention en traumatologie est fondée sur les prémisses suivantes :

Facteur temps

Le temps constitue l’élément le plus important au cours de la phase aiguë du traumatisme pour influencer la survie et limiter les séquelles éventuelles. La compression des délais demeure un objectif majeur à tous les niveaux et ce, jusqu’à la stabilisation médicale et chirurgicale du blessé, d’où l’importance d’un réseau intégré d’établissements partenaires qui travaillent ensemble pour maximiser les chances des victimes de traumatismes. En centre de traumatologie, une fois la survie assurée, la rapidité de la prise en charge par une équipe multidisciplinaire de réadaptation précoce est garante de l’optimisation de la reprise des habitudes de vie suite au traumatisme.

Afin d’optimiser les interventions des différents maillons de la chaîne, ces derniers doivent être arrimés entre eux dans un continuum de soins et de services, tant en amont du centre hospitalier qu’en aval. Le Centre de traumatologie doit assurer un leadership pour assurer la fluidité de cette continuité de soins et de services.

Globalité de la prise en charge

En centre de traumatologie, la personne doit être prise en charge dans sa globalité par un ensemble de ressources humaines spécialisées en traumatologie.

Équipe multidisciplinaire oeuvrant en interdisciplinarité

Dans la prise en charge, l’approche interdisciplinaire incluant la collaboration, la continuité et la complémentarité des services est essentielle pour la mise en commun des informations sur la personne, sa famille et ses proches, pour la prise de décision portant sur les priorités d’intervention et l’orientation.

Coordination efficace

Plusieurs professionnels interviennent simultanément tout au long de l’hospitalisation.  Afin de coordonner toutes ces évaluations et interventions, il doit exister des «chefs d’orchestres» désignés pour assurer la coordination, la continuité et la complémentarité entre les différents services internes.

Soutien familiale

Lorsqu’une personne subit un traumatisme, c’est toute la famille qui est touchée et qui doit apprendre à composer avec cette nouvelle réalité. Le Centre de traumatologie se doit donc d’offrir un soutien psychosocial approprié à la situation à la famille afin de l'aider à traverser cette période de crise.  Cette prise en charge de la famille doit débuter le plus rapidement possible et se maintenir tout au long de l’hospitalisation.  Dans certains cas, le soutien familial peut même devoir déborder du cadre d’hospitalisation.

Affilié à l'Université de Montréal